Catherine Loiseau

22/01/2020

Partagez l'article couverture du livre Aiden Jones

Catherine Loiseau est auteure de fantasy et steampunk. Elle a exploré différents modes de publications de ses œuvres comme l’auto-édition, les maisons d’éditions, les revues ou encore le collectif d’auteurs. Quelques mois après la sortie de son dernier roman, Aiden Jones, elle a accepté de revenir sur son parcours littéraire pour plumes-au-vent.fr.

Comment êtes-vous venue à l’écriture ?

Honnêtement ? C’était en classe de première, je m’ennuyais pas mal en cours (ça n’allait pas assez vite et assez loin pour moi) et j’ai commencé à écrire pour passer le temps. Mes amies de l’époque ont bien aimé mes modestes productions et m’ont encouragée à continuer. Je me suis rendue compte qu’écrire me plaisait beaucoup et surtout me permettait de me canaliser.

Votre univers semble se nourrir de différents courants esthétiques. Quelles sont vos influences littéraires et artistiques ?

Je suis assez éclectique. J’aime à la fois la culture disons classique (Poe, Lovecraft, Beaudelaire) et la culture plus populaire (j’adore les séries comme Doctor who, Hannibal, je lis pas mal de comics et un peu de mangas). Côté auteurs, j’aime particulière Terry Pratchett, qui est une de mes influences principales. J’apprécie aussi énormément Pierre Pevel, Mathieu Gaborit ou Philip Pullman. Mon imaginaire se nourrit aussi de peinture (notamment du mouvement pré-raphaélite) et de l’imagerie Steampunk et victorienne.

Vladimir Nabokov aimait écrire debout et utiliser des fiches. De son côté, Marguerite Duras s’installait toujours à la table de son salon pour trouver l’inspiration. Avez-vous des rituels d’écriture ?

couverture du livre La Ligue des Ténèbres

Je n’ai pas vraiment de rituel à proprement parler, je me suis habituée à écrire dans différents lieux et différentes conditions. Cela dit, j’aime bien en hiver écrire dans mon bureau parce qu’il y fait bon, que le soleil y donne l’après-midi (quand il y en a) et que mes chats viennent me tenir compagnie. L’été par contre, j’aime bien profiter du jardin et écrire à l’extérieur. J’aime bien aussi avoir un carnet quand je suis en balade. Mon mari est photographe et, pendant qu’il traque le cliché parfait, je m’assois quelque part et j’écris.

Pouvez-vous nous parler d’Aiden Jones, votre dernier roman ?

Il s’agit d’une trilogie de fantasy victorienne jeunesse. L’histoire se situe dans un Londres alternatif qui a connu la Jonction : l’arrivée de créatures féériques. Cette Jonction ne s’est pas bien passée et a abouti à une guerre où humains et féériques se sont affrontés. Les fées ont perdu et à la fin du XIXe siècle, tout ce qui subsiste de ces créatures sont des « Critters », des lutins et autres gnomes qui sont considérés comme de la vermine et chassés. Aiden Jones est un jeune garçon qui vit justement de la chasse. Magicien latent, il espère récolter assez d’argent pour pouvoir activer ses pouvoirs magiques et entrer au prestigieux Collegium de magie (et échapper ainsi à sa vie de misère). Alors qu’une importante prime est annoncée pour la capture d’un essaim de critters, Aiden se met en chasse. Sa route va croiser celle de Grace Fairchild, jeune fille de la noblesse, magicienne latente comme lui et en butte aux préjugés de l’époque sur le rôle des filles. Ensemble, ils vont explorer les souterrains de Londres et leur quête va les mener plus loin que ce qu’ils avaient prévu.

Vous avez écrit de nombreuses nouvelles ainsi que deux sagas de romans. Selon vous, quels sont les avantages de chacun de ces formats ?

J’écris des romans parce que je peux vraiment développer un univers, un scénario complet et des arcs narratifs pour les personnages. Les nouvelles au contraire me permettent d’expérimenter différents genres et de mettre en scène des personnages ou des concepts qui fonctionnent bien pour un texte court, mais qui ne rendraient rien dans un texte long. Pour moi, c’est un espace de liberté et cela permet de finir quelque chose plus rapidement : un roman, c’est minimum 2 ans de boulot (entre la réflexion, l’écriture et les corrections). Pour une nouvelle, on peut obtenir un texte fini en quelques semaines.

Vous avez publié plusieurs ouvrages en maisons d’éditions. Comment se fait la rencontre avec un éditeur ?

couverture du livre Contes et récits du Paris des Merveilles

En fait, seule ma série Aiden Jones et ma nouvelle dans l’anthologie Contes et récits du Paris des Merveilles de Pierre Pevel ont été publiés par des éditeurs. La Ligue des ténèbres est publiée en autoédition. Kerys est publiée au sein du collectif Hydralune, qui est un regroupement d’auteurs. Pour Aiden Jones, j’avais écrit La Marque (le 1er tome de la série) pour le concours Gallimard Jeunesse. Le roman n’a pas été retenu, je l’ai donc envoyé à d’autres éditeurs. Les éditions Au Loup m’ont répondu quelques mois plus tard, disant qu’ils étaient intéressés. J’ai eu l’éditrice au téléphone, nous avons longuement discuté du contrat, mais aussi de l’évolution de la série. J’ai signé car le contrat me convenait et que l’éditrice et moi étions sur la même longueur d’onde quant à l’évolution d’Aiden Jones.

Vous pouvez suivre Catherine Loiseau :

  1. sur Facebook
  2. sur Twitter
  3. sur Instagram
  4. sur son site internet

Bibliographie

Romans

  1. Aiden Jones, Tome 1: La Marque, Au loup éditions, 2019
  2. Kerys, Tome 3 : Celles dont le nom fait frémir, Hydralune, 2019
  3. Kerys, Tome 2 : Ceux du dehors, Hydralune, 2018
  4. Kerys, Tome 1 : Ceux du mercure, Hydralune, 2017
  5. La Ligue des Ténèbres, Saison 3 : L’Appel, 2017
  6. La Ligue des Ténèbres, Saison 2 : L’Union des parfaits, 2016
  7. La Ligue des Ténèbres, Saison 1 : La Tédesplen, 2015

Anthologies de nouvelles

  1. L’une de Râ dans l’anthologie Contes et récits du Paris des Merveilles, Bragelonne, 2019
  2. Nouvelles de Kerys, Hydralune, 2017
  3. Mon vrai visage dans l’anthologie Horrible monde, Les éditions secrètes, 2015
  4. Le Sérum dans l’anthologie Histoires de zombies, Lune-écarlate éditions , 2015
  5. Les Marionnettistes dans l’anthologie Absinthe, 2014
  6. L’Autre dieu : une aventure de la Ligue des ténèbres dans l’anthologie Calling Cthulhu, L’Ivre-book, 2014
  7. Légendes brisées dans l’anthologie Monstres à toute vapeur, Lune-écarlate éditions, 2014
  8. Le Sauveur dans l’anthologie Les contes de l’ombre, Lune-écarlate éditions , 2013
  9. Claire dans l’anthologie Absinthe, n°7 – Horreur I, 2013
  10. Grakaash, Conquérant des Étoiles dans l’anthologie Studio Balbel n°4

Nouvelles

  1. Un bon gobelin dans dans la revue Etherval, N°14 : Intestat (L’Héritage), avril 2019
  2. Tourner à gauche dans la revue Etherval, N°11: Falciparum (Parasites et Symbiotes), octobre 2017
  3. Tamamo dans la revue Brins d’éternité, n°40, hiver 2015
  4. Les Jeux de la glace dans la revue Etherval, N°7: Nix Vallis (La Glace), décembre 2015
  5. Larmes de magie dans la revue Etherval, N°6 : Cave Canem Salvati ! (La Fuite), avril 2015
  6. La Lumière d’Amberia dans la revue Etherval, N°5 : Orbi et orbi (Le Monde caché), octobre 2014
  7. L’héritage des Fondateurs dans la revue Etherval, N°4 : Domini Doni ? (Le Talent), avril 2014
  8. À la mer je retournerai dans la revue Etherval, N°3 : Mare Nostrum (La Mer), septembre 2013
  9. Le déclin dans la revue Etherval, N°1 : Tu Quoque Fili (La Trahison), octobre 2012

Tous les liens sont à retrouver dans sa boutique